BREXIT, une opportunité historique

Tous ou presque avaient prévu le rejet du BREXIT et donc le maintien du Royaume - Uni dans l’Union Européenne. Pourtant, vers 03 H du matin, dans la nuit de Vendredi 24 Juin 2016, le résultat est apparu, net avec 51,9% pour le BREXIT. La sortie sans retour du Royaume - Uni allait devenir une réalité historique. Les commentateurs politiques, économiques et médiatiques (tous ceux qui font « l’opinion ») ont aussitôt insisté sur les conséquences prévisibles de ce résultat dont certaines pouvant être catastrophiques ... Personne ne s’est  alors réellement posé la question de savoir si ce BREXIT pouvait être aussi une opportunité historique qu’il convenait de saisir dans toute sa dimension. Les Britanniques et en particulier les Anglais, peuple libre, pour qui la souveraineté et la démocratie (ils l’ont mise les premiers en vigueur en Europe il y a huit siècles avec la Magna Carta en 1215) sont essentiels ont brisé l’hypocrisie fondamentale de la construction  de l’Union Européenne telle qu’elle se déroulait depuis plus de 30 ans : le rejet, sinon la destruction des Nations donc des Peuples qui les fondent, une sorte de « table rase de l’Histoire » pensée et programmée pour créer un nouvel ensemble « neuf » sans passé. Cette volonté, fondée sur un « despotisme éclairé » selon Jacques DELORS, avait été révélée mais sans être relevée par personne, lors de la création de l’Euro et de la mise en circulation des premiers billets : totalement virtuels, sans aucune référence aux grands hommes et femmes qui ont contribué au rayonnement de l’Europe et de sa civilisation humaniste donc une monnaie totalement apatride comme le sont les fonctionnaires de Bruxelles qui ne paient aucun impôt nulle part. Une construction virtuelle, hors Histoire, hors humanité servie par une caste hors sol qui a pourtant la prétention de construire une grande puissance mondiale. Ubuesque !

Saluons fraternellement le Peuple britannique pour sa force, sa lucidité (même s’il faut bien constater une part de manipulation par les « populistes ») et son courage en nous rappelant, en ce moment historique, une seule chose : c’est ce courage sans faille, porté alors par un chef d’exception Winston CHURCHILL, qui empêcha l’Europe – donc nous-mêmes - de sombrer dans le néant et qui la sauva. Puisse les Dirigeants européens, et particulièrement ceux de la France, s’en souvenir lorsque il faudra organiser matériellement la sortie du Royaume Uni et ne pas oublier que dedans et maintenant dehors, ce pays reste d’Europe et peux toujours lui être utile, même si cela doit se faire d’une manière différente.

Quant aux Nations qui restent dans l’Union Européenne, elles doivent avoir la lucidité et le courage d’établir un nouveau Traité européen, qui surplombe les autres, enfin conforme à l’attente fondamentale des Peuples de l’Europe : le respect de leur identité, de leur liberté et de leur souveraineté et définir les grands chantiers auxquels l’Union Européenne, au titre d’une délégation de souveraineté – la souveraineté européenne - toujours réversible, devra se consacrer. Alors l’Union Européenne sera enfin réconciliée avec ses Peuples et avec ses Nations.

Michel MERCIER
Président Fondateur Les Républicains